Lorsque la louve grise ouvrit les yeux, au milieu de terres qu'elle ne connaissait pas, elle eut subitement peur. Incapable de se souvenir d'ou elle était, et surtout de qui elle était, elle décida de prendre la fuite, de crainte que quelqu'un ou quelque chose ne vienne s'en prendre à elle durant ce moment de faiblesse. Elle peinait à rassembler ses esprits, son coeur battant à ton rompre. Incapable de dire si elle avait faim, si elle avait froid, elle erra sans but fixe pendant des heures avant de réaliser le plus évident ; elle ne se connaissait pas. Était-elle morte, subissant là l'amer gout d'un châtiment pour sa vie passée ? Ou peut-être se trouvait-elle au paradis, avec comme récompense le droit de démarrer une nouvelle vie ? La suite

DécembreLe forum a deux mois - Chapitre 2 ; le déclin des âmes.

NovembrePremier mois du forum - Chapitre 1 ; La terre des Dieux

OctobreOuverture du forum. Bienvenue à tous !


Une seconde dimension [PV - Chimère]

avatar
CroquemitaineSolitaire
Solitaire
Age : 19
Date d'arrivée : 14/11/2018
Messages : 12
Expérience : 27

Identité
SOUVENIRS:
0/0  (0/0)
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 9:12

«Une seconde dimension»
Avec Chimère

Je marche encore et encore, mais je suis complètement perdu. Je ne sais pas quoi faire. Chasser ? Espionner ? M’arrêter ? Avancer ? Le libre-arbitre était si difficile, pourtant tout les autres semblaient heureux de cette liberté qui leur était offerte, alors pourquoi pas moi ? Pourquoi avais-je sans cesse besoin d’être guidé ? Le sang ne me manquait pas, je ne me sentais pas obliger de tuer, mais les ordres étaient un besoin vital pour ma survis. Devais-je allais à droite ou à gauche ? Devais-je trottiner ou marcher ? Les choix étaient bien trop nombreux, je n’avais pas d’envie spécifique, juste qu’on me dise quoi faire, mais qui pouvait avoir besoin de mes compétences ? Je ne le sais pas, je ne sais rien en réalité, je me contente d’obéir. Peu importe si c’était mal ou bien, je devais juste obéir pour continuer à exister dans ce monde qui m’avait enlevé toute possibilité de comprendre qui j’étais, qui je voulais devenir.

Un soupir sortit de ma gueule, mes pas continuaient à suivre un chemin quelconque, espérant tomber sur quelqu’un. La tête basse, mes yeux son rivé sur le sol et je ne fais plus attention. C’était comme si j’étais en train de mourir, comme si mon cœur allait s’arrêter et que mon corps s’écroulera sur le sol sans aucune résistance. Pourtant, je suis en bonne santé, je n’ai besoin de rien, peut-être de me nourrir un peu, mais ceci n’est qu’un détail superflu, un détail qui n’a pas besoin d’être étudié pour le moment, mon corps à bien trop d’énergie. Seulement, cette vitalité qui est encrée dans mon corps, je ne sais pas comment l’utiliser. Devais-je courir le plus vite possible ? Devais-je traquer ? Je me posais sans cesse les mêmes questions, devais-je faire ci, devais-je faire ça. Rien ne pouvait me faire choisir, aucune de mes propositions ne me permettait de faire un choix, car tout était à égalité, je n’avais pas plus envie de courir que de trottiner. Je n’avais pas plus faim que soif, tout ceci était perturbant, car l’égalité des choses faisait en sorte que je ne prenne aucun choix. Par conséquent, je devais trouver quelqu’un qui me dise quoi faire, qui tuer, quoi chasser, qui espionner. C’était ma raison de vivre, ma raison d’exister.

Le soleil changeait de place, et moi, j’étais toujours au même stade, à me demander ce que je devais faire. En respirant, je sentis une odeur familière, une odeur de canidé proche d’ici. Je relevais la tête et m’apercevais que de l’herbe fraîche, j’étais passé à un paysage enneigé, presque pur. Je n’avais pas senti la différence de température, cela n’avait pas l’air de me déranger plus que cela. J’avais trouvé quelqu’un qui aurait potentiellement besoin de mes services. En quelques secondes, un espoir renaît, et j’avance vers l’odeur. J’étais de plus en plus proche, elle n’était plus très loin, j’apercevais son pelage blanc comme ce monde, son corps montrait qu’il s’agissait d’une femelle. J’approchais d’elle en douceur, sans être trop prêt au cas où ma venue ne serait pas désirée.

« Bonjour, puis-je vous aider ? »
© Codage par Zagan.