Lorsque la louve grise ouvrit les yeux, au milieu de terres qu'elle ne connaissait pas, elle eut subitement peur. Incapable de se souvenir d'ou elle était, et surtout de qui elle était, elle décida de prendre la fuite, de crainte que quelqu'un ou quelque chose ne vienne s'en prendre à elle durant ce moment de faiblesse. Elle peinait à rassembler ses esprits, son coeur battant à ton rompre. Incapable de dire si elle avait faim, si elle avait froid, elle erra sans but fixe pendant des heures avant de réaliser le plus évident ; elle ne se connaissait pas. Était-elle morte, subissant là l'amer gout d'un châtiment pour sa vie passée ? Ou peut-être se trouvait-elle au paradis, avec comme récompense le droit de démarrer une nouvelle vie ? La suite

DécembreLe forum a deux mois - Chapitre 2 ; le déclin des âmes.

NovembrePremier mois du forum - Chapitre 1 ; La terre des Dieux

OctobreOuverture du forum. Bienvenue à tous !


La chasse d'Erèbe au regard sombre / libre

avatar
ErèbeSolitaire
Solitaire
Age : 20
Localisation : Paris
Date d'arrivée : 10/11/2018
Messages : 14
Expérience : 106

Identité
SOUVENIRS:
1/10  (1/10)
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 0:12
La chasse d'Erèbe au regard sombre



La jeté, un paysage marqué par des siècles de lutte entre la violence des vagues, les puissants rochers et le rodéo du vent. Une terre maintenant territoire des mouettes et des p00oissons.
Les mouettes, présentes par milliers, ont dompté ce que la nature a créé de plus précieux, la terre qui devient leur perchoir et leur nie, le vent qui devient leur terrain de jeu et la mer qui devient leur garde-manger. De quoi cet animal peut-il avoir peur maintenant ? Supérieur en nombre, plus rapide que tout ce qui se présente à lui et maitre des aires et de cet océan. Tout lupin se présentant devant eux devrait craindre de se faire rouer de coups ! Ceci explique le pourquoi les loups vont pêcher plus bas, afin d’éviter l’attaque des mouettes et atteindre une cible plus facile, le Poisson ! La logique de la survie n’est-ce pas ?

Cependant un loup a commencé sa partie de chasse au bord du territoire de ces dernières. Les mouettes le fuient comme la peste, son aura trop pesante et trop menaçante était ressentie par le 6ème sens de ces volatiles marins. Un corps puissant et un pelage chaud mais une démarche inaudible, un regard destructeur et une aura glaçante, Erèbe a choisis ce théâtre pour jouer sa pièce « le grand méchant loup a faim »

Et voilà en observant les lieux, ce qu’il conclue : Un loup n’est pas un pêcheur, néanmoins un loup chasse et chasse en meute. Cet oiseau est un pêcheur mais chasse seul.

(Pensé) « Ces mouettes vont devenir ma meute »

L’esprit noir observe avec attention, chaque mouvement, chaque goute, chaque poisson, avec leur taille, leur poids, le rythme des sauts des poissons, le temps de chute des mouettes, la précision dont elles font preuve. Son visage prend des traits agressifs après qu’un arôme inattendu lui vain parmi le fort parfum de l’océan.

(Pensé) « D’autre loup se trouve non loin d’ici, le vent souffle d’une façon telle que mon odeur ne peut être repérées, néanmoins leur effluve viennent de remplir mon nez ! Le piaulement des volatiles couvre ma présence et effraie toute autre espèce, je suis donc à l’abri pour l’instant.
3 secondes… 2secondes… 1s… Maintenant »


Comme la mort fauche une âme, l’esprit noir ouvre soudainement sa gueule et saisie une mouette en plein vol, une mouette venant de faire mouche d’un poisson ! La vitesse d’exécution et l’indifférence de l’acte, transforme cette action de chasse impressionnante en mouvement banal et presque invisible.
Erèbe s’enfuit la seconde qui suit avec un oiseau et un poisson sous l’incompréhension de la jetée.
Sa course ou plutôt, sa disparition prend fin dans un coin calme et perché au-dessus de cette grande pleine.

(Pensé) « Merci compagnon, notre union était parfaite, tu m’as beaucoup aidé, je t’en suis reconnaissant. Mais tu dois mourir, toute collaboration finie par une trahisons, tout n’est que mensonge, plus sombre est la vérité, tu peux faire confiance qu’en une seul chose, LA FIN !»

Le repas peut alors commencer.

Codage par Libella sur Graphiorum